À propos de Germaine Aya


Voici Germaine, la plus grande de ces petites filles, mon arrière grand-mère couturière en son temps. Elle me régalait de ses robes à smokes, avec son chignon blanc toujours délicatement rassemblé. Aya signifie beauté sauvage en japonais.
Lorsque pour ma part j'ai commencé à coudre, je n'ai imaginé que des sacs. Peut-être parce-que nos vies de famille à l'étranger étaient contenues dans des sacs, des valises, des malles. Le sac évoque l'utile et le mouvement.
Je travaille en petites séries au fil de mes trouvailles de tissus, chaque pièce est unique. Les anses en cuir et tannage végétal viennent d'une tannerie du Pays-Basque non loin, les liens en cuir sont issus des chutes de Petit grain de peau, jeune maroquinière voisine de mon village qui aime l'idée du travail partagé, les cartes de visite Germaine sont conçues par un imprimeur et graphiste de la rive droite de Bordeaux, Anne ma complice photographe travaille sur mon chemin.. Je m'applique à penser autant que possible de façon locale.
Je vis au rythme de Germaine entre les périodes de conception dans mon atelier et l'effervescence des marchés des créateurs, l'été sur la Presqu'île du Cap-Ferret.
Faire vivre l'artisanat français a du sens et c'est grâce à vous!. Je vous remercie pleinement de votre soutien à chacun dans cette aventure créative.